Partageuse, l’économie du partage ?

Cet article fait suite à la troisième séance du webinaire sur les biens communs  du Master Info-Com de l’Université de Paris Nanterre, et du Master Architecture de l’information de l’ENS de Lyon. Cette troisième séance du 27/02/14 était consacrée à la problématique des rapports entre biens communs et institutions culturelles : co-working et valorisation du patrimoine dans les bibliothèques et les musées. Les invités étaient Jean-Michel Salaün responsable du Master Architecture de l’Information de l’ENS de Lyon, ancien directeur de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’université de Montréal (2005-2010), et Juliette Giraud consultante en développement de projets culturels et membre actif de Muséomix.

—————————————————

« Et si les structures culturelles s’inspiraient des modes de fonctionnement en réseaux ouverts des communautés contributives ? Et si on imaginait les musées et les bibliothèques en plate-formes ouvertes de partage et de remixage pour co-produire une culture vivante ? ». 

A travers ces propos issus de l’article de Samuel Bausson, « Changer les musées et les bibliothèques en propulseurs des biens communs », s’exprime la tendance actuelle de certains acteurs des institutions culturelles à encourager le travail collaboratif autour de la valorisation du patrimoine.

Muséomix en est, en quelque sorte, l’incarnation. Cette initiative d’appropriation par des communautés créatives (chercheurs, développeurs, designers) des œuvres d’un musée, celui-ci volontaire pour quelques jours, met en lumière les problématiques liées aux communautés de contributeurs.

 De la co-production à l’économie du partage

L’objectif de Muséomix est l’expérimentation de la rencontre entre institutions et professionnels de divers horizons, rassemblés pour co-produire des savoirs et du sens communs. Faire appel à une communauté contributive ouverte est une façon « agile », ou autrement dit rassurante, pour les institutions d’opérer un lâcher prise… toujours sous contrôle. À ces co-productions, se pose la question du respect des droits, notamment du droits des auteurs. Dans le cas de Muséomix, lorsqu’une production est pérennisée au sein du musée d’accueil – comme cela a pu être le cas pour le Musée Gallo-Romain de Fourvière à Lyon  suite à l’édition 2012 – les auteurs du dispositif donnent leur accord et reçoivent une indemnisation.

L’exemple de Muséomix est à mettre en parallèle avec l’existence de plateformes de partage « ouvertes » auxquelles fait référence Samuel Bausson. Ce type de plateformes suppose, pour ce qu’il appelle  “l’ouverture des interfaces numériques”, une forme de publication, de mise en réseau. C’est sur cette notion de partage, et plus généralement  sur les échanges entre producteurs et exploitants de ressources élaborées et partagées en ligne que portent de nombreuses critiques.

Comme l’explique Julien Breitfield dans son article « Ras le bol du collaboratif », le partage est un « actif immatériel », il ne peut être découpé en parts. En effet, partager signifie donner à l’autre un accès et, parce que les rapports entre individus ne sont pas objectivement marchands, le partage est non-marchand.

Les grands acteurs de l’économie numérique d’aujourd’hui que sont Google et Facebook se sont fondés et développés sur l’économie de biens  immatériels ou plus exactement sur la valorisation des pratiques d’échanges via le web. Ainsi, ils ont su exploiter, dans une logique où les bénéfices sont partagés inéquitablement, les rapports humains. Cette nouvelle économie du partage est, selon le terme récupéré par Julien Breitfeld, un véritable « bullshit bingo »* pour les grandes  industries. Autrement dit, un détournement, – ou du moins une captation – rentable des mécanismes de partage.

Loin d’une logique de don-contre-don, l’économie du partage et de la collaboration, telle qu’elle est développée par les plateformes de mise en réseau, est avant tout une exploitation non rémunérée du travail d’autrui. Plus encore, l’économie du partage est également celle de l’irresponsabilité : affranchis des cadres et responsabilités légales, les individus mènent à bien des activités professionnelles hors de toute décharge réglementaire.

 Marchés versus Communs ?

Ces critiques émises vis-à-vis des plateformes de partage mettent en exergue la dualité, mais surtout les paradoxes qui existent dans la relation entre marchés et communs. Parce qu’elle repose sur une économie unilatérale, qu’elle engendre un état de crédit permanent pour le consommateur – qui loue à vie des biens immatériels comme matériels – qu’elle réduit à néant les cadres légaux et protections sociales, l’économie du partage est asymétrique et tend à privilégier l’individuel au détriment du collectif.

Ainsi, les valeurs sociales sous-tendues par le partage entrent en contradiction avec les systèmes économiques du même nom. Face à ce paradoxe, les acteurs des communs s’interrogent : la société doit-elle pour autant sacrifier toute forme de service entre individus au nom du principe de précaution et des réglementations d’hygiène ?

Lors du webinaire « Biens-communs » de ce 27 février, Louise Merzeau a réaffirmé que, si les initiatives collaboratives et celles de l’économie du partage entretiennent des accointances, leurs intentions politiques, sociales et philosophiques demeurent fondamentalement divergentes et doivent être considérées comme déterminantes.

* le terme « bullshit bingo » est utilisé par Julien Breitfield en référence à l’organisation « CQTM » qui elle-même l’emploi pour parler de certaines techniques marketing de « la nouvelle économie ».

—————————————————

Autour du webinaire :

Prise de note collective Paris-Nanterre

Archive du LiveTweet

La vidéo du webinaire

Laëtitia Pot


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *