Interview du collectif Succube_404

Suite à la projection du court-métrage Matière Noire, lors de la WIAD Lyon 2017, à l’ENS Lyon, nous avons eu le plaisir d’interviewer son équipe créatrice, le collectif Succube_404.

Pour rappel le collectif est composé de :

Rémi Opalinski à la direction artistique et scénographique, Gabriel Musset en charge de la direction technique et visuelle et Lukas Manuguerra, aka Kamanuge à la direction musicale. L’équipe créatrice a pris le temps de répondre aux questions de Constance Grandin.

 

Si vous n’avez pas pu assister à la projection de Matière Noire, ces quelques extraits devraient vous donner envie d’en savoir plus :

Pourriez-vous vous nous présenter votre équipe ?

Nous sommes un collectif d’art numérique composé de 3 personnes, Gabriel à la direction technique et visuelle, Rémi à la direction artistique et scénographique et Lukas dans la direction musicale. Nous avons tous la même formation, une licence de création numérique où nous sommes actuellement en dernière année.

 

Quels sont vos domaines d’activités/travaux (artistiques) ?

Notre formation, le Bachelor Communication et Création Numérique de l’institut Marc Perrot, a pour objectif de former des personnes polyvalentes dans l’industrie créative, cela passe autant par motion designer, chef de projet ou webdesigner. Le son est une composante que nous avons étudiée lors de notre seconde année au Canada par différents cours théoriques et pratiques où nous avons appris les bases. Lukas s’est spécialisé de lui-même dans le sound design et sound fx.

 

Pourquoi avez-vous réalisé ce projet ?

Nous avons réalisé ce projet dans le cadre de notre projet de fin d’études qui valide notre licence. Mais le but universitaire étant surtout de démontrer notre qualité dans la gestion de projet et la production, nous avons décidé de passer ce stade-là pour un projet plus personnel et nous pensons à l’exporter dans le futur.

 

Comment avez-vous trouvé votre axe de travail (Vanitas) ?

Nous avons déjà eu une expérience au Canada où nous avions revisité une thématique de l’art dit classique par les nouvelles technologies que nous avions beaucoup apprécié. Et l’idée nous est venue de réactualiser le thème des peintures Vanitas, c’est-à-dire la vanité de la vie, la futilité de l’existence et ses plaisirs, dans une forme plus actuelle. Cela a été notre base d’inspiration pour les thèmes visuels. Nous avons ensuite développé la scénographie en pensant à la représentation des neuf cercles de « l’Enfer » de Dante par Botticelli et aussi l’illustration de Gustave Doré.

Sandro Botticelli - La Carte de l'Enfer.jpg
Par Sandro Botticelli — Botticelli : de Laurent le Magnifique à Savonarole : catalogue de l’exposition à Paris, Musée du Luxembourg, du 1er octobre 2003 au 22 février 2004 et à Florence, Palazzo Strozzi, du 10 mars au 11 juillet 2004. Milan : Skira editore, Paris : Musée du Luxembourg, 2003. ISBN 9788884915641, Domaine public, Lien

 

 

Paradiso Canto 31.jpg
Di Gustave DoréAlighieri, Dante; Cary, Henry Francis (ed) (1892) « Canto XXXI » in The Divine Comedy by Dante, Illustrated, Complete, London, Paris & Melbourne: Cassell & Company Retrieved on 13 luglio 2009., Pubblico dominio, Collegamento

Pourquoi le vidéo mapping ?

Le vidéo mapping est une technique immersive qui nous permet de nous exprimer par différents médiums que ce soit le motion design, la prise de vue réelle et qui nous permet aussi de nous exprimer de manière architecturale. Il y a une malléabilité et un jeu de lumière et de l’espace qui nous affranchit du cadre de l’ordinateur.

 

Aviez-vous des contraintes pour la réalisation de votre projet ?

Oui, nous avons plusieurs contraintes, que ce soit financièrement pour développer le projet qui nous a coûté environ 300 euros sans compter les heures de travail sur le visuel, la scénographie, la communication. Dans un premier temps, nous avons fait face à des contraintes de lieux, car nous avons dû trouver une résidence et en trouver une en septembre c’est assez compliqué sachant que la majorité des salles, institutions ferment leurs appels en août pour faire leur programmation sur l’année. Nous avons aussi rencontré une contrainte de temps, car la version projetée et une version allégée que ce soit sur le visuel ou la musique, il nous manque deux thématiques que nous voulions exploiter initialement, mais nous avons dû faire des choix.

 

Qu’est-ce qui a été le plus difficile ?

Conjuguer l’aspect créatif de notre projet avec l’aspect communicationnel, une personne de plus pour promouvoir le projet n’aurait pas été de trop. La visibilité est vraiment importante dans ce genre de projet.

 

Quelles sont les finalités que vous voulez apporter aux spectateurs à travers votre projet ?

Le but est de produire un discours sur l’art, questionner l’art comme une expérience et non plus, juste comme une représentation, tout en allouant une part de subjectivité et d’abstraction à des thèmes universels. Dans un second temps, promouvoir la visibilité du projet et pouvoir l’exporter et le faire grandir le plus facilement ainsi que gagner des compétences et de l’expérience dans le domaine de la création et l’art numérique.

 

En relation avec le milieu urbain que pensez-vous de l’impact du vidéo mapping ?

On trouve que le vidéo mapping en milieu urbain donne vraiment un reflet intéressant à nos villes, nos quartiers et nos immeubles en plus de proposer une création innovante, ils donnent une autre vision de notre environnement architecturale. La lumière vient façonner notre regard d’une manière précise. Le mapping est une discipline qui existe depuis une dizaine d’années et pourtant il y a toujours des créateurs qui arrivent à nous surprendre grâce à leurs jeux avec l’architecture.

 

Si je vous dis « son et émotions », qu’est-ce que cela vous inspire ?

La synesthésie bien sûr ! [NDLR Pour rappel, c’est un phénomène neurologique par lequel deux ou plusieurs sens sont associés.] La synesthésie est un des principes que nous affectionnons et que nous avons cherché à développer dans le projet Matière Noire. Pour nous la relation est intrinsèquement liée, ce qui est intéressant c’est de voir comment le son va conditionner l’émotion et comment l’image va pouvoir créer une autre sensation par un ajout de sens.

 

Nous remercions le collectif Succube_404 pour leur participation à la WIAD Lyon 2017 ainsi que pour leur collaboration.

 

L’équipe responsable des « expériences sonores » de la WIAD Lyon 2017, Henri Sergent, Maeva Ramanana-Rahary, Constance Grandin et Kei Cheung.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *