L’imaginaire politique des communs

Cet article fait suite à la première séance du webinaire sur les biens communs  du Master Info-Com de l’Université de Paris Nanterre, et du Master Architecture de l’information de l’ENS de Lyon. Cette première séance du 23/01/14 était consacrée à la définition des termes commons, commun et communauté. Les invités étaient Lionel Maurel, juriste et bibliothécaire, spécialiste des questions de droit dans la société de l’information, et Hervé Le Crosnier, maître de conférence en science de l’information, spécialiste des biens communs.

________________________________________________________________

“Pourquoi ça ne va pas plus mal ?”

Reprenant le titre du livre éponyme de Patrick Viveret, Hervé Le Crosnier commence avec cette interrogation son exposé sur l’histoire des biens communs. En effet, en ces temps post-affaire-Snowden, des collectifs épars se mobilisent pour raviver les utopies premières de l’internet : réseau décentralisé, gouvernance horizontale, libre appropriation des ressources… Si comme le rappelle Valérie Peugeot(1), nous ne croyons plus en un Etat protecteur, en une science libératrice et en une entreprise respectueuse, l’internet reste un formidable moyen pour créer des communautés aux intérêts partagés qui construisent des règles du vivre-ensemble et répondent à des besoins que les anciennes puissances (l’Etat, le marché) ne veulent plus assurer.

Ces communautés dont je retracerai dans cet article une rapide généalogie, partagent des biens communs, c’est-à-dire des ressources partagées auxquelles on associe des droits d’usages.

 Vidéo : Définir les communs, Valérie Peugeot par RemixTheCommons.

Historique de l’imaginaire politique des biens communs.

Avant 1968  :

  • Il y a déjà très longtemps, les hommes avaient institué des règles pour gérer les ressources naturelles, les forêts ou l’espace urbain, au XVIIe, le mouvement des  nivelers résistait aux enclosures qui empêchaient de gérer en commun des terres.

  • Les mouvements de révoltes ouvrières comme les Luddites (en Grande-Bretagne) et les Canuts (à Lyon) inauguraient des modèles inédits d’organisations sociales comme les coopératives et les associations mutualistes.

Après 1968 :

  • Une grande prise de conscience se fait à partir de décembre 1968, avec l’article de Garrett Hardin : « Tragedy of the commons« . La thèse de Hardin est la suivante : si on a un commun à partager, les individus vont être guidés par un intérêt personnel et vont vouloir en retirer le plus possible, le bien commun sera alors ruiné. Les idées de Hardin ont, par réaction, fondé le mouvement scientifique des communs développé ensuite par Elinor Ostrom.

  • Les années 1970 sont marquées par l’imaginaire hippie du do it yourself, les nouveaux communalistes, une branche de la contre-culture américaine tente de réinventer des règles du vivre-ensemble grâce aux technologies personnelles.

  • Dans les années 1970/80, l’internet existe, il est géré par une république des informaticiens qui garantit une ouverture du réseau et empêche pour un temps le monde marchand de s’y installer : « Information wants to be free » comme le disait Stewart Brand. Pendant ce temps au MIT, le chercheur Richard Stallman cherche à modifier le logiciel de son imprimante pour y apporter des modifications, se voyant refuser l’accès au code source de l’imprimante, il invente le logiciel libre pour « formaliser des libertés qui permettent d’accéder au code » (Hervé Le Crosnier).

  • Fin des années 90/début des années 2000, le web est inventé par Tim Berners Lee et Roger Cailliau, de nouvelles questions se posent  : est-ce qu’internet est un bien commun ? À qui appartient internet ?

Années 2000/2010 :

  • Sous l’impulsion du juriste Lawrence Lessig, les licences creative commons sont créées en 2001. Wikipédia se fonde aussi cette même année.

  • Depuis le début des années 2000, des mouvements d’ouverture de l’information se multiplient afin de créer des biens communs : Open Data, Open Science, Open Access…

  • La diffusion de la culture libre n’a cessé de croitre pour sortir du seul cadre du logiciel :  production de hardware et d’objets avec les fablabs, expérimentation en biologie avec le mouvements DIY Bio, expérimentation pour un musée ouvert avec Museomix

  • Les biens communs se retrouvent au coeur de la rencontre entre le numérique et les acteurs de l’innovation sociale et citoyenne comme Graine de troc ou Open Street Map, des acteurs de l’économie collaborative avec Couchsurfing et BlaBlaCar, ou encore des communautés d’innovation comme OuiShare et Imagination For People.

Le problème des communs.

Le slogan de Stewart Brand repris par wikileaks.

Le point commun des problèmes communs est le fait que leurs résolutions sont toujours déchargées sur les épaules d’entités tierces (organisations supra-nationales, gouvernements, ONG , etc.). Hervé Le Crosnier en appelle alors à l’action collective concrète, pour dépasser et résoudre les problématiques globales.

Mais les solutions pour garantir et développer les biens communs sont multiples : doit-on seulement adopter une approche technique (inscrire des libertés dans le code source) ? Malgré les efforts des militants, on sent bien qu’une approche pédagogique (enseigner/diffuser la logique des communs) ne suffira pas à favoriser la création de biens communs. À en croire Lionel Maurel, ces deux approches doivent être complétées d’une nécessaire évolution de la loi afin d’imposer des droits et des devoirs aux citoyens, entreprises et décideurs politiques.

Dans une ère où les utopies de l’internet sont sans cesse questionnées et détournées : quel imaginaire politique sera le sous-bassement à la création de biens communs  ? Alors que les grandes plateformes web tentent de nous enfermer dans un « web en silo », quelles solutions trouverons-nous pour continuer à garantir un internet ouvert et neutre ?

Autour du wébinaire :

Notes :

(1) – Présidente de l’association Vecam (Réflexion et action pour l’internet citoyen), vice‐présidente du Conseil National du Numérique, prospectiviste à l’Orange Labs. Voir cet article publié dans Millénaire3.

(2) – Maitre de conférence en science de l’information, spécialiste des biens communs.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/06/2014

    […] privée est incapable de répondre à ces enjeux, la société civile s’organise alors et la communauté de pensée des biens communs rentre dans la bataille. Ainsi l’une des propositions de Valérie Peugeot est la création de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *