Christine Sum Kim : une artiste sourde à l’écoute

Christine Sun Kim est une artiste sonore américaine. Elle a débuté sa carrière en tant qu’artiste visuelle, mais est ensuite attirée par le média sonore. Sourde depuis sa naissance, elle veut casser les “règles” que tient fort la société et offrir une perspective différente sur le son à partir de sa déconnexion sonore innée. Son leitmotiv est de “désapprendre l’étiquette sonore”. Son œuvre a été exposée au Museum of Modern Art de New York, au Hull House Museum de Chicago et à Art Basel à Hong Kong. Elle a également donnée une conférence à TED Talk en 2016.

L’artiste travail sur le son à travers les moyens technologiques et le conceptualisme dans l’art. Son travail suscite des questions sur la propriété du son, il questionne l’exploration des langues orales comme monnaie sociale, la déconstruction des idées préconçues sur le silence et, surtout, annule l’étiquette du son.

Dans le cadre de sa pratique, l’artiste emprunte les voix d’autres personnes pour en avoir une et elle le fait en collaborant avec des artistes tels que Devonté Hynes, Thomas Benno Mader, Wolfgang Müller et Alison O’Daniel.

Extrait de son travail artistique :
A Selby film est un court-métrage de 8 minutes 30 réalisé en collaboration avec Christine Sun Kim.

Dans cette vidéo l’artiste montre et explique son processus de création en plusieurs étapes qui sont les suivantes :

  1. La capture et la collecte de sons dans la ville
  2. La phase de création de ses oeuvres dans son studio, réalisation de performances artistiques
  3. Dans le cadre de la vidéo : explications sur sa vision du son, en tant que personne sourde

Quelle représentation du son ?

Christine Sun Kim a appris à respecter le son des entendants, elle voyait le son comme quelque chose qui ne lui appartenait pas. Dans ce court-métrage l’intérêt de son travail est porté sur le côté physique du son, bien que ce soit aussi quelque chose de visuel et pas seulement auditif comme l’on imagine à première vue. Il faut ainsi ouvrir son esprit , son corps et être pleinement attentif à notre environnement, c’est d’ailleurs ce que préconise l’artiste via les conseils suivants :

“Écoutons avec nos yeux, et pas seulement avec nos oreilles. Voyons les choses en grand.”

Cela doit évidemment nous permettre de nous questionner sur notre rapport avec le son au quotidien, aussi bien dans la ville que sur le web. Il serait ainsi pertinent de penser ce quotidien avec une accessibilité tout à fait adaptée aux malentendants.

Désormais, presque ironiquement, l’artiste prête beaucoup plus d’attention aux différentes “sound étiquettes” qu’une personne entendante, sa vigilance devient un atout pour sa retranscription. Par exemple, sur le dessin effectué dans la vidéo, l’artiste montre que les des lignes tracées contiennent du son à travers les bavures et les tâches. Cela fait écho à la culture des malentendants et sourds où le mouvement est l’équivalent du son à l’image de la langue des signes où le son est également transcrit par le mouvement.

Ainsi, d’après l’artiste, le son peut se sentir et se ressentir avec plus d’un sens. À la fois grâce au toucher, mais aussi par la vue enfin il peut aussi être perçu de manière plus abstraite comme une idée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *