Collectif Jodi : les pionniers du net art

Jodi est un collectif formé par un couple d’artistes : Joan Heemskerk (néerlandaise) et Dirk Paesmans (belge) (“jo” + “di”). Ce collectif est pionnier depuis les années 90 dans le domaine du net-art ou art en ligne.

Une constante dans leur travail consiste à utiliser les technologies de travers pour en révéler les structures et les idéologies cachées. Le collectif ne s’exprime souvent pas sur ses réalisations préférant laisser aux visiteurs un libre choix d’interprétation.

En 1999, leur travail est récompensé par un Webby Award grâce auquel ils remportent le premier prix de la catégorie “net-art”. Depuis ses prémices, le collectif s’est beaucoup appliqué à la modification artistique de certains jeux-vidéos comme Wolfenstein 3D, Quake, Jet Set Willy ou encore Max Payne 2 en 2006. Dans ces diverses oeuvres, leur approche peut se comparer au mouvement du déconstructivisme en architecture.

Un son polymorphe

Le collectif n’hésites pas à manipuler la matière sonore (bruit, paroles, musiques, voix naturelles ou artificielles) en effectuant diverse actions : coupures, changements de vitesse, de volume, le son est totalement déconstruit et remodeler.
Ce son est a priori semblable à celui des glitchs se trouvant dans les jeux vidéos ou plus généralement sur le web.

Voici ci-dessous deux projets du collectif “Google says hello” et “Tatatataa” où la dimension sonore est traitée de manière inattendue soulevant une multitude d’interrogations.

Google says hello

Site web expérimental "Google say hello"

Collectif Jodi – site web « google say hello »

Dans ce projet, la matière sonore est riche puisqu’il est possible grâce aux interactions de la souris sur l’écran de n’entendre qu’une unité sonore ou bien une multitude de bandes en même temps.

Ces différentes écoutes mettent en évidence la complexité de la matière sonore grâce à une perception mettant en avant les seuils d’audibilité. En effet, dès l’ajout de 3 sons ou voix différentes dans un court et même espace temps, il semble très difficile de repérer et de différencier chacun de ses éléments de manière unique.

Le fond du site représentant des séries d’icône est déroutant, tout comme la gamme de sons proposé il questionne sur la répétition, la synthèse, le mélange et finalement l’emploi d’instances sonores ou visuelles dans un même contexte. Un questionnement sur ces instances peut survenir : comment les montrer sur le web ? Dans quelle mesure ? Par quel biais ? Ou encore comment rendre ces instances intelligibles et pertinentes ?

Lecture en toute objectivité par Duke Nukem

Duke Nukem

Mais qui est Duke Nukem ?

Personnage de jeu vidéo, protagoniste d’une série de jeux d’action du même nom. Blond et musclé, Duke Nukem est un militaire passionné par les armes à feu et les « gonzesses ».
Il ne possède pas vraiment d’histoire mais dans ses aventures, il est essentiellement amené à lutter contre les extraterrestres qui envahissent la Terre. De manière générale, son univers tourne autour des femmes, du nucléaire et du paranormal. Duke Nukem est aussi célèbre pour ses très nombreuses répliques sarcastiques.

Le collectif Jodi s’est appliqué à détourner la voix de ce cher Duke pour proposer une lecture tout à fait singulière des options du menu de TextEdit.

Le site web présente un fond totalement gris, monochrome, sur lequel cette voix rocailleuse nous décrit les fonctionnalités de l’outil de notes d’Apple. Entre fiction et réalisme cette voix peu ordinaire, hors normes, lit un texte d’apparence monotone et au ton informatif soulève différentes interrogations.

Le spectateur de cette lecture incongrue peut se questionner sur la pertinence et la qualité des voix-off sur le web. Cela peut être l’occasion de se demander quelles sont les bonne pratiques en matière de voix-off pour l’accessibilité sur le web ? Quel type de voix est attendu ? La voix-off est-elle la même selon le degré d’importance, le type de l’information transmise ? Pourquoi la plupart des voix sont générées artificiellement par des ordinateurs ? Quelle est la place de l’humain dans cela ? Pourquoi ne pas redonner de la vivacité à ces lignes d’habitudes lues sur un ton monotone ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *