Matière noire : une immersion multisensorielle

Le projet Matière Noire du collectif Succube_404, était présent en exclusivité lors de la World Information Architecture Day édition 2017, ayant eu lieue à l’ENS de Lyon.

Le collectif

Rémi Opalinski (Direction artistique et scénographique), Gabriel Musset (Direction technique et visuelle) et Lukas Manuguerra, aka Kamanuge (Direction musicale), étudiants au sein du Bachelor Communication et Création Numérique de l’institut Marc Perrot forment à eux trois le collectif Succube_404. Il étaient les invités-surprises de la WIAD 2017.

Pour reprendre les mots des créateurs eux-mêmes, la scénographie de “Matière Noire” remet en question l’art comme représentation pour le définir comme une expérience. Une synesthésie sonore et visuelle invite les spectateurs à une introspection personnelle et déroutante dans le tréfonds de nos âmes. Sur le thème des vanités, leur oeuvre entremêle son, 3D, projection, sculpture et vidéo.
En partant d’une exploration du son vers un mapping vidéo étendu, en passant par une sculpture en 3D, ce travail artistique entremêle les éléments multimédia et propose une immersion multisensorielle.

Ci-dessous, un extrait du court métrage “Matière noire”.

 

Les Vanités comme source d’inspiration

Illustration de l'enfer de Dante par Gustave Doré

Après une expérience au Canada où l’équipe du projet a revisité une thématique de l’art dit classique par les nouvelles technologies, l’idée de réactualiser le thème des peintures Vanitas est née.

Le principe était de traiter la vanité de la vie, la futilité de l’existence et ses plaisirs, dans une forme plus actuelle. La scénographie a été elle, développée en pensant à la représentation des neuf cercles de « l’Enfer » de Dante par Botticelli et aussi l’illustration de Gustave Doré.

Le vidéo mapping comme support d’expression

Le vidéo mapping est une technique immersive qui permet différentes formes d’expressions que ce soit le motion design, la prise de vue réelle et permet aussi une visualisation de l’architecture, de l’ossature. Cette technique accorde donc une certaine malléabilité à laquelle est ajoutée un jeu de lumière astucieux dans l’espace qui a permit un affranchissement par rapport à un projet en 2D.

 

 

Une prédominance du son sur l’image ?

La vidéo relate un sorte de descente aux enfers (inspirée de La Divine Comédie de Dante). La première étape est l’univers des limbes, on s’immerge dans une torpeur froide, étrange et intrigante. Des gémissements se font ensuite entendre, l’atmosphère devient plus pesante, on sent comme une abondance de corps et de cris : c’est ici la partie de la luxure. La montée se poursuit crescendo, pour arriver à une séquence beaucoup plus…violente et enragée, les cris de plaisir deviennent cris de douleur, jusqu’à diminuer progressivement, on sent comme une agonie qui se termine. Après un bref moment de calme, le chaos est déchaîné. La boîte de Pandore est ouverte, les choses les plus bizarres et étranges de ce cosmos se répandent. La fin est brutale car le chaos reste fidèle à lui-même. L’image reste très fidèle au son, et par l’aspect très narratif de l’ambiance sonore, ceux-ci se retrouvent étroitement liés et évoluent au même rythme même si le son et les vibrations qu’il procurent semblent être dominant.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *