Le manifeste du glitch par Rosa Menkan

Pour comprendre le principe du Glitch Studies Manifesto de Rosa Menkan, il faut avant tout comprendre le sens du mot glitch.

Qu’est-ce qu’un “glitch” ?

Le glitch est à la base une défaillance électronique ou électrique, qui entraîne un dysfonctionnement du matériel informatique utilisé et pouvant avoir des répercussions sur l’interface.

Il désigne aujourd’hui communément tout problème en informatique et fait référence aux bugs (bogues).

Il fait généralement référence aux bogues des jeux vidéos où un objet animé à un comportement erroné, c’est notamment le cas, lorsqu’un personnage traverse les murs librement (sans être doté d’aptitudes particulières). Aujourd’hui, il existe une véritable culture du glitch, en particuliers avec le glitch art, entendez la pratique consistant à utiliser les erreurs numériques et analogiques à des fins esthétiques et artistiques.

Glitch Studies Manifesto :

Rosa Menkan dans sa publication Glitch Studies Manifesto (2010) déclare que le glitch est “le cri primal des données”, elle essaie ici de montrer l’idée d’une transmission parfaite via les médias numériques en prenant un parti pris artistique via le glitch art.

Ce manifeste est autant un état de l’art du glitch par son contenu que par la forme que son auteur lui a donné. Comme on peut le voir sur la couverture de ce manifeste (présenté à gauche), le glitch est omniprésent. Cette couverture donne l’impression de multitude bugs d’affichage, en effet, on peut voir des icônes de fichiers images non-ouverts répétés et presque ressentir à certains endroits des tressaillements dans l’image.

Cette façon de présenter les choses n’est pas sans rappeler, l’italo-français Filippo Marinetti, écrivain à l’origine du mouvement futuriste au début du XXème siècle. Dès 1907, il s’écarte du symbolise en théorisant un vers libre dynamique, entièrement tourné vers le monde moderne, la machine, la vitesse. Il publie d’ailleurs en 1909 le manifeste du futurisme. Il est alors chef de file d’une avant-garde provocatrice, il défend un « art dégénéré”. Il déclare ainsi l’avènement des Mots en liberté, c’est-à-dire une poésie où les mots vont se suivre les uns après les autres comme autant de flash visuels, libérés des règles de la grammaire et de la syntaxe, ainsi que de toute forme d’enchaînement. Cette forme d’expression traduit visuellement le message de fond.

Image représentant une page du manifeste de Marinetti "Mots en liberté

Cette page (ci-contre) est un extrait du manifeste du futurisme, Marinetti a choisi de s’exprimer grâce aux possibilités que lui offre la typographie. En déplaçant les caractères, en les modifiant, il donne davantage de sens au texte qui n’est plus seulement lu mais aussi vu distinctement.

Dans ce cas, le texte illustre un paysage en verbalisant la route, la vallée, les montages. Une attention forte est portée à sur caractère en tant que tel, cela permet une immersion plus profonde dans le sujet ainsi qu’une dimension réflexive plus forte. Par exemple, ici la lettre S se transforme en route sinueuse, le M représente une montagne alors que le symbole + lui peut être interpréter comme des croix désignant les morts tombés sur un champs de bataille. Ce qui n’est pas sans lien avec le contexte politique de l’époque dans lequel Marinetti avait pris part aux côtés de Mussolini.

Pour en revenir au manifeste du glitch, on remarque que les méthodes pour faire parler les ouvrages sont similaires et toutes deux résolument modernes. Dans les deux cas notre attention est captée, le sujet transpire des lignes des textes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *