Des flux urbains matérialisés, au plus près du réel ?

Et si l’on sortait de notre bulle urbaine saturée qui nous emprisonne pour retrouver notre indépendance en tant qu’individu ? Et si l’on captait les flux urbains pour mieux les comprendre ? C’est là, le travail du laboratoire d’architecture et d’urbanisme belge, LAB[AU] qui se matérialise à travers le projet “Binary Waves”.

Photographie du dispositif "Binary Waves"

LAB[AU] : un laboratoire sur le terrain

Fondé en 1995, LAb[au], le laboratoire d’architecture et d’urbanisme belge, lie recherche théorique et travaux concrets de conception et de réalisations. Les différents parts du travail de LAb[au] sont inclus dans un large interval d’activités où l’étiquette 0.1lab représente un travail sur le World Wide Web comme vecteur pour la création d’un nouvel environnement de fonctionnement, mais aussi de base pour une nouvelle matrice d’interaction sociale et d’espace collectif.

Suivant les principes de la cybernétique, leurs projets élaborent des processus basés sur des règles qui deviennent l’acte artistique le plus signifiant, définissant le processus de création, le contenu et le message de l’oeuvre. Le point central de ces différents projets se situe à la jonction de l’architecture, de la lumière et de la technologie et le nom du groupe LAb[au] en lui-même contient une signification écrite et phonétique – celle de la prononciation de l’abréviation « labo » représentant l’approche expérimentale du groupe, et celle du mot allemand « bau » signifiant la construction, ou la réalisation concrète de projets. LAb[au] est notamment intervenu au BOZAR (Bruxelles), CentrePompidou (Paris), New Museum (New York).

Binary Waves : prendre du recul sur la bulle urbaine

Ci-dessous, se trouvent un reportage de la chaîne Arte Creative portant sur deux réalisations de LAB[AU], le projet Binary Waves et l’installation Signal to noise.

Description du projet :
Binary Waves constitue une installation cybernétique qui se base sur la détection des flux et leur transcription en principes lumineux, sonores et cinétiques, déployés sur une monumentale série de 40 panneaux lumineux en mouvement. Ceux-ci tournent sur leur axe vertical, créant des effets alternant entre réflexion et illumination. Exposition contemplative, incarnant et donnant à voir les systèmes de flux dans lesquels nous traçons notre chemin, Binary Waves constitue un miroir de la vie urbaine.
L’oeuvre est itérative en contexte, en effet, il y a un lien passif entre l’oeuvre et le spectateur. Les flux électromagnétique des passants sont pris en compte et cela à un impact sur l’oeuvre, les panneaux produisent d’avantage de lumière et leur position change en conséquence de ces flux. L’exposition Binary Waves a fait le tour du monde, ça scénographie change constamment, l’effet procuré par la découverte de l’exposition est toujours différent.

Binary Waves est aussi un projet de recherche sur l’art des systèmes. En effet, la scénographie étant changeante,une pièce a été spécialement créée à l’occasion de la biennale du Design “Art Grandeur Nature” de Paris. Les flux de mouvement et de communication sont traduit sous forme d’onde. La lumière dégagée par les panneaux correspond à captation du champs électromagnétique de l’environnement, soit plus précisément la fréquence émise par la téléphonie mobile.

Pourquoi l’oeuvre est intéressante ?

Binary Waves offre un champs d’interprétation large et libre. L’exposition ne présente ni métaphore, ni narration, chacun peut avoir sa propre interprétation des flux. Le projet tend à nous interroger autant sur la pollution sonore en milieu urbain, l’impact du bruit dans ce milieu que sur la pollution lié aux ondes électromagnétique retranscrite par les astucieux jeux de lumière qu’elle présente.
Binary Waves représente un bon moyen de visualisation pour montrer l’invisible, ce que l’on ne peut voir, car à l’échelle humaine, nous sommes perdu au milieu de tous ces flux et n’avons pas de contrôle dessus.

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *