Les biens culturels sur le Web : quelle révolution ?

La deuxième séance du webinaire “Biens communs numériques”, organisé par le Master Info-Com de l’université Paris Ouest et le Master Architecture de l’information de l’ENS de Lyon, a accueilli le jeudi 6 février André Gunthert (EHESS) et Valérie Jeanne-Perrier (Celsa) pour une discussion consacrée à la problématique de l’appropriabilité des produits de l’industrie culturelle et de l’information journalistique par les “amateurs”.

Vous trouverez la vidéo du webinaire ICI.

Le Web, révélateur de l’activité culturelle

Légende :  Roy Lichtenstein, “Image duplicator”

“L’avènement d’Internet a révolutionné la culture”  fait partie des lieux communs (ou topoi) les plus ressassés sur et en dehors du Web. André Gunthert dépasse cette approche simpliste en proposant une clé de lecture alternative : la notion d’activité culturelle comme superstructure de la culture. Cette dernière reposerait avant tout sur le partage et la mise en circulation des biens culturels dont la valeur serait fonction de l’intensité de leurs échanges. Pour André Gunthert, la culture est indissociable de l’activité sociale qu’elle engendre, de son mouvement et de son expansion. Ainsi, le rapport au bien culturel et à la culture dans son ensemble ne se limiterait pas au simple fait d’y être exposé, mais résiderait davantage dans son prolongement : le partage.

Cette grille de lecture ne s’applique pas aux seuls biens culturels présents sur le Web, mais concerne l’ensemble des canaux de diffusion de la culture et des supports liés à son exercice. André Gunthert ne nie pas que l’utilisation de l’Internet se soit accompagnée de nouveaux usages, mais insiste sur le fait qu’elle a été en premier lieu un révélateur de pratiques antérieures qui ne laissaient pas ou peu de traces car elles se déroulaient après l’exposition au bien culturel ce qui rendait malaisées leur observation et leur quantification. Là réside le principal intérêt de la thèse d’André Gunthert. En pourfendeur de mythe, il met en évidence la véritable révolution engendrée par le Web : non pas une innovation fondamentale, ou un changement intégral, mais bel et bien un retour aux fondamentaux, une révolution totale, comme si avec le Web la boucle du rapport aux biens culturels était bouclée.

Pour André Gunthert, le Web, en agissant comme un révélateur des tendances antérieures, mais aussi comme facilitateur de la création, rend plus que jamais caduque la grille de lecture de la consommation culturelle. En effet, désormais, les internautes et de façon plus générale les citoyens, apparaissent comme des acteurs du système culturel dont l’activité centrale réside dans l’appropriation des contenus qui y circulent : c’est l’appropriabilité. Ce néologisme forgé par André Gunthert permet de quantifier le degré d’appropriation d’un objet culturel.

Des contraintes pesant sur la conversation augmentée

Pour Gunthert, l’appropriabilité d’un bien culturel est fonction de sa forme. Or, les possibilités offertes par le numérique et les TIC dans le domaine de la reproduction et du partage ont permis de maximiser le degré d’appropriabilité de la plupart des objets culturels. La conjugaison de ce progrès des possibles dans les domaines de la copie et de l’échange a conduit à l’avènement de la conversation augmentée. La citation, la recommandation, le signalement de contenus sont ainsi devenus objets et supports de conversations dont les commentaires sont la matière première. Pour André Gunthert, le Web a non seulement changé la place de la conversation, la propulsant du statut de simple complément aux biens culturels à celui d’élément constitutif et structurant, il lui a également offert des espaces pour l’abriter, l’entretenir et la récompenser : les sites de microblogging.

Cependant, André Gunthert souligne que comme toute mutation, la transposition de pratiques antérieures dans l’univers virtuel s’est accompagnée d’un certain nombre de restrictions et de pertes. En effet, les dispositifs d’échange, notamment les sites de microblogging, s’ils semblent n’être que la transposition augmentée, dans le sens mélioratif du terme, de modalités d’échange antérieures, n’en offrent en réalité qu’une forme bridée.

En outre, bien que ces services vantent leur gratuité, ils ne peuvent être assimilés à une antithèse de l’industrie culturelle. S’ils substituent au terme de consommateur celui d’usager, ils s’efforcent par tous les moyens possibles de monétiser leurs échanges.

Quant aux internautes, pour obtenir un degré optimal d’appropriabilité, ils n’hésitent pas à avoir recours au piratage et à la réutilisation des biens culturels. Avec facilité, ils contournent le droit d’auteur, s’appropriant sans restrictions les biens culturels. Ne faut-il pas y voir l’ultime révolution, un véritable pied de nez à Beaumarchais, un semblant de retour à l’ère pré-moderne. Une époque, pas si lointaine, où la propagation de la connaissance et des biens culturels passait invariablement par leur reformulation, où les créateurs des biens culturels (aèdes) et leurs interprètes (rhapsode), loin de s’opposer, se complétaient l’un l’autre.

Rédigé par Pierre-Edouard BARRAULT, Benjamin CHIOETTO et Camille LEBLOND

Bibliographie

GUNTHERT André. La culture du partage ou la revanche des foules, in Hervé Le Crosnier (dir.) Culturenum. Jeunesse, culture et éducation dans la vague numérique, Caen, C & F Editions, 2013, p.163-175. URL : http://culturevisuelle.org/icones/2731


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *