#WIAD2017 Ressources défi 2 : Restituer l’histoire sonore d’un lieu

A l’occasion de la journée mondiale sur l’architecture de l’information 2017 (WIAD 2017), quatre défis ont été lancés aux designers. Voici quelques inspirations pour l’un d’entre eux.

Le défi 2

Qui n’a jamais rêvé de remonter le temps et revivre des moments clés de l’Histoire ? Une ville est un trésor à ciel ouvert, chargé d’événements qui ne demandent qu’à être vécus une nouvelle fois, s’ils étaient dotés de paroles. Une ville numérique intégrant le son pourrait-elle réaliser ce rêve ?
Sans aller jusqu’à construire une “machine à remonter le temps”, à vous de trouver des idées sur comment faire (re-)vivre cette expérience à travers le son, la musique, ou encore des paroles.

Quelques questions

Où trouver le patrimoine musical et sonore de l’époque ?
Comment parlaient nos ancêtres lyonnais ? avec quel accent ?
Où se retrouvaient-ils pour échanger, discuter dans la ville ?

Exemples

Ecouter le Paris du XVIIIe siècle

La musicologue Mylène Pardoen a reconstitué l’ambiance sonore du quartier du Grand Châtelet à Paris, au XVIIIe siècle. Présenté au salon de la valorisation en sciences humaines et sociales, à la Cité des sciences et de l’industrie, son projet associe historiens et spécialistes de la 3D.

> Accéder au site du projet projet Bretez


Gens de la Seine


Gens de la Seine : l’Histoire dans les oreilles par CNRS

Gens de la Seine est un dispositif audio imaginé par Isabelle Bachoucke, historienne à l’EHESS et au Centre de Recherches Historiques (CRH), et Sarah Gensburger, sociologue au CNRS et à l’Institut des Sciences Sociales du Politique (ISP). Ce module, situé au croisement de l’Histoire urbaine, sociale et économique est le fruit d’un travail de recherche à travers les fonds d’archives de la ville de Paris et de reconstitution sonore. Il est organisé autour de dix-neuf portraits de parisiens du XVIII ème siècle dont la vie quotidienne est rythmée par le fleuve de la capitale. Écrits et sonorisés par Michèle Cohen, directrice artistique, ces différents parcours invitent l’auditeur à s’immerger dans l’Histoire de la Seine et de ses acteurs au cours de cette période historique. Gens de la Seine est destiné à s’insérer dans un parcours sonore plus large, Gens de Paris, dédié à l’exploration, à travers les siècles, des quartiers de la capitale.

> Ecouter les portraits et récits

> Accéder au site du projet

> Explication de la future application nomade (Paris, Lyon, New York)


Europeana Sounds

Les enregistrements sonores partagés grâce à Europeana Sounds comprennent de nombreux documents d’une grande valeur culturelle et historique, représentant la diversité et la richesse du patrimoine culturel de l’Europe. Ces enregistrements couvrent une grande variété de champs disponible ci-dessous :
Musique
Enregistrements parlés
Sons de la nature
Émissions radiophoniques
> Effets sonores
Objets liés à ces enregistrements
(tels que des partitions de musique, vidéos et images sont partagés)


Ressources

Venice Time Machine

Suivre douze siècles de transformations de la cité des Doges en numérisant et interprétant ses archives, c’est le défi du projet Venice Time Machine. Vivre Venise de l’intérieur, à travers les âges. Simuler la forme de ses bâtiments disparus, pour mieux comprendre l’héritage des doges, à la manière d’une exploration de la Terre avec Google Earth. « Pouvoir « zoomer » dans le temps et reconstituer le contexte riche et précis d’un jour et d’un lieu », promet Frédéric Kaplan.
Lire l’article du Monde

> Accéder au site de Frédéric Kaplan


Rémi Lecompte, « Jonathan Sterne, Une histoire de la modernité sonore », Lectures [En ligne],
Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 25 novembre 2015,

[…] Dans le dernier chapitre, peut-être le plus stimulant, Sterne étudie le potentiel archivistique de l’enregistrement sonore en montrant que la culture mortuaire de la fin du XIXe siècle (correspondant à la période victorienne tardive, au Royaume-Uni et aux États-Unis) a façonné les conditions de possibilité de cette technologie. La musique « en conserve » (John Philip Sousa), l’intérêt pour la « voix des morts », les enregistrements ethnographiques d’urgence (essayant de sauvegarder des traces des cultures moribondes), la diffusion des voix défuntes lors des enterrements (par le biais de phonographes) sont autant d’exemples qui étayent la thèse de Sterne selon laquelle « l’enregistrement sonore est le produit d’une culture qui a appris à conserver et à embaumer, à préserver les corps des défunts afin qu’ils puissent continuer à exercer une pression sociale après la vie. La bataille livrée contre la décrépitude au XIXe siècle permet d’expliquer l’enregistrement sonore » (p. 416).

> Lire le compte-rendu complet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *